Dérision et surréalisme, l’univers d’Edward Gorey

Pour une raison étrange (c’est le mot !), on connaît souvent mieux les dessins dérangeants du réalisateur Tim Burton (1) que l’œuvre d’Edward Gorey qui l’a tant inspiré, jusque dans son cinéma. Au nom de ces deux génies qui font frissonner petits et grands, on se doit de rattraper ça !

 

Let us introduce : EDWARD GOREY (1925-2000)

 

 

Edward Gorey par lui-même

 

Bien loin des codes de la littérature enfantine, un brin provocatrice et sulfureuse, l’œuvre d’Edward Gorey est un monde singulier, à la fois gothique et décalé où la mort et l’absurde prédominent.

« En y réfléchissant, j’ai assassiné des enfants dans mes livres pendant des années. »
Voilà, ce fut lui-même qui le dit.

 

Abécédaire d’enfants qui meurent (Les Enfants fichus – 1963), album sur des kidnappeurs d’enfants (Le Couple détestable – 1977), mésaventures et solitude d’un jeune garçon (Le Rapetissement de Treehorn, 1971), tragédie de l’amour et de l’opéra (L’Aspic bleu – 1966), autant de livres dans lesquels Edward Gorey joue avec la dérision et la cruauté, l’humour macabre et le surréalisme.
Nous vous mettons au défi de classer ces livres “pour enfants” ou “pour adultes”, car il est de ces artistes qui se fichent des catégories.

 

 

 

 

Ses personnages semblent impassibles et mystérieux – perdus dans notre monde avec leur élégance désuète – le décor est figé, et l’étrangeté surgit soudain du décalage entre le stoïcisme de l’image, délicatement tracée à la plume, et la brutalité du texte, court et lapidaire, qui sous-tend la scène :

“B pour Basile surpris par des ours affamés” (Les Enfants fichus)

“Un jour, Donald et sa maman, qui était une belle dame, s’en allèrent à la poubelle” (Les Histoires de Donald)

Auteur et illustrateur de poésies, d’albums, de contes, d’affiches, de couvertures de classiques et de poches, Edward Gorey était tout indiqué pour la réalisation des costumes et décor du spectacle musical Dracula donné à Broadway en 1977, il en a même fait un livre pop-up somptueux, Dracula, a Toy theatre, paru en 1979.

 

Mort à l’âge de 75 ans, Gorey aura eu davantage de répit que ses Enfants fichus, le temps suffisant pour laisser une œuvre unique. Allez admirer ses albums : Vous pourrez à votre tour vous indigner devant ces amis amateurs de livre illustrés et de Tim Burton qui ne le connaissent pas encore… et le faire découvrir !

 

Pour les fans hardcore : en animation, il réalisa également le générique de la série TV “Mystery !”2 en 1980. A voir ici

 

____________________________________________________________

(1)– Notamment La Triste fin du petit enfant huître et autres histoires, traduit par René Belleto, 10/18, 1998