Charlotte Le Bon – « Là où les cornichons véhiculent autant d’émotions que l’infini de l’espace. »

LIBIDO ©Charlotte Le Bon
Du 28 septembre au 14 octobre 2017, Charlotte a exposé pour la deuxième fois à la Galerie Item à Montparnasse.

Représentations minutieuses et colorées au crayon, les 42 tableaux de son projet « Pickle Melancholia » nous donnent accès aux idées fortes qui se cachent souvent à l’arrière de notre esprit, quand on regarde le monde du coin de l’œil sans faire trop attention. Charlotte Le Bon saisit les brefs moments d’hallucination ou d’obsession qui s’imposent dans notre quotidien, à l’image de son dessin « MARKET », où deux hommes qu’elle a vu tirer un grand tapis rouge sur un marché de tapis… sont devenus « deux petits bonshommes traînant un gigantesque steak saignant. »

L’extravagance des tableaux sert aussi à afficher, et même à renforcer, la clairvoyance de l’artiste : le message est souvent engagé de « CENSOR THIS », un portrait comique du Président Trump avec des seins à la place des yeux, à « THIS IS A FLYING PUSSY » ou les très écolo « ONE DAY I WILL BURN MY HOUSE » et « TEASE », un cornet de glace arctique.

TEASE ©Charlotte Le Bon
CENSOR THIS ©Charlotte Le Bon
THIS IS A FLYING PUSSY ©Charlotte Le Bon
MARKET ©Charlotte Le Bon
ONE DAY I WILL BURN MY HOUSE ©Charlotte Le Bon
TRAGEDY-1 ©Charlotte Le Bon
FLYING-RACOON ©Charlotte Le Bon
REPETITION LOOKS GOOD EVEN WHEN YOU DO SHIT(S) ©Charlotte Le Bon

Mais la forme est enfantine, régressive : ses répétitions de motifs rappellent les petits dessins que l’on s’applique à reproduire lorsque l’on veut maîtriser la représentation d’un objet. En regardant « REPETITION LOOKS GOOD EVEN WHEN YOU DO SHIT(S) », la mosaïque de caca de sa précédente exposition, on ressent une satisfaction visuelle devant le résultat final, à la fois simple et foisonnant, et on imagine le plaisir pris par l’artiste à répéter le motif.

 

Et puis, ça fait très bien sur la porte d’entrée de chez soi.

 

 

Le style Charlotte Le Bon allie donc simplicité du trait et fulgurance de l’idée, tout en nous invitant dans une zone libre, celle de l’imagination.

Alors, on s’interroge : Pourquoi devrait-on dessiner plus compliqué, plus Beau ? Parce qu’on est adulte ? Parce qu’on en fait son métier ? Peut-être bien que non !

 

 

Liens et citations :

lebonlebon.com
instagram.com/lebonlebon/