Vladimir Lebedev, de l’affiche au livre jeunesse

Vladimir Lebedev (1891 – 1967), affichiste, peintre et illustrateur, a marqué le livre jeunesse par ses illustrations audacieuses des textes du poète soviétique Marshak. Leurs créations furent publiées aux éditions Radouga (Arc-en-Ciel en russe) au début des années 20, courte période de liberté totale et d’extrême créativité.

L’expérience de Lebedev est indissociable du Constructivisme russe, quand la forme et la fonction s’affranchissent de l’esthétisme pour formuler un discours politique à destination du plus grand nombre.

De ce courant artistique, plusieurs lignes de force se retrouvent dans les illustrations pour la jeunesse de Lebedev :

Un langage graphique d’une grande modernité par

  • la simplification et la géométrisation des formes de base que sont le carré, le cercle, le rectangle,
  • les couleurs primaires en aplat,
  • le blanc de la page comme décor,
  • le dessin détouré.

Un rapport fond/forme synthétique par

  • une économie et la précision des représentations
  • l’imbrication texte/image
  • la typographie adaptée.

L’enjeu pour Lebedev est politique et citoyen : il s’agit d’éduquer l’enfant pour qu’il acquiert autonomie et connaissance du monde contemporain.

Cette foisonnante période créatrice dans lequel Lebedev innove ne dure qu’une dizaine d’années, le pouvoir soviétique referme ensuite cet âge d’or de la création en imposant des directives qui ne laissent plus la place à la liberté artistique. Les créations de Lebedev perdent dès lors de leur modernité.

À partir des années 30, les éditions du Père Castor font travailler des artistes russes comme Nathalie Parain, Elisabeth Ivanovsky ou Féodor Rojankovsky.

Liens et citations

theanimalarium
Les illustrations géométriques de Lebedev pour The Elephant’s Child de Rudyard Kiplings suscite une énorme impression sur les artistes et les critiques comme une œuvre révolutionnaire de Constructivist l’art graphique et est devenu le manifeste d’une nouvelle approche de l’illustration de livres pour enfants.
Au début, la plupart des enfants n’étaient pas aussi impressionnés par les représentations aplaties et schématiques de Lebedev.
Dans un sondage réalisé par le Bulletin de la Commission de révision de l’Institut de lecture des enfants (!), Ils se sont plaints que les lacunes semblables à un pochoir les ont irrités, et ont été dérangés par l’apparemment coupé et déchiré formes animales. Cela montre à quel point l’approche illustrative de Lubodev était non conventionnelle à l’époque.